07.01.2014

À propos de Llewyn Davis des frères Coen

Le dernier film des frères Coen est merveilleux; son étrange pouvoir émane une influence qui dure et qui est difficile d’échapper. Le pouvoir de la musique, le territoire où certains êtres humains sont désespérément pris au piège, contribue substantiellement à le faire, mais pas seulement.

Un synopsis dit: “New York, des années soixante. Llewyn Davis est un chanteur folk jeune qui vit dans Greenwich Village. Avec sa guitare à la remorque, au cours d’un hiver froid et impitoyable, lutter pour gagner sa vie en tant que musicien. Survit grâce à l’aide de ses amis et des étrangers à fournir de petits services. Des cafés du village se déplace à un club à Chicago jusqu’à ce que il ressent la possibilité d’auditionner pour le magnat de la musique Bud Grossman” (FILMAFFINITY)

Dites ceci est la meilleure façon de lui dire de ne rien dire, parce que ce qui édicte vraiment le film est plus qu’une histoire son dos, la flamme intouchable qui pousse l’innommable qui encourage une recherche. D’une certaine manière, il est l’inverse d’une biographie. Le ton invariable et peut-être invisible du film est le désir. Le désir irrésistible du protagoniste dans la musique folk, présenté comme un fait plutôt que d’un argument. Il est qu’il en est ainsi.

Aucune raison, provoquer ou justifier l’identification. Il a été touché par l’esprit de folk. Ensuite, tout le reste, est quelque chose d’autre, il est visible –eux même- par les variations de sa vie, ce qui se passe, ce qui est fondamentalement important et n’a pas de sens. Celui qui arrive dans la chaîne de cause à effet, il est littéralement gaspillé: rien a une logique, une raison. Aucune conséquence c’est l’effet d’aucune cause. Le hors-sens remplit au fil des événements, et que dans ce paysage flotte imperturbable son désir.

Il y a une co-star du film avec le chanteur qui aurait pu être Bob Dylan lui-même. Il est Ulysse, un chat. Le chat devient représentatif de ce hors-sens radical des faits de la vie. Son apparition note quatre mouvements très peu probable, cependant, sont ceux qui vont se produire. D’abord il disparaît par une fenêtre, puis réapparaît à proximité d’un café mignon dans le corps d’un autre chat, plus tard disparaît à nouveau à la différence des sexes et, enfin, ne savent pas comment réapparaît: retourne seul à la maison. Il paraisse le chat de Schrödinger –protagoniste de cette expérience sadique de la physique quantique- qui incarne le paradoxe d’être en mesure d’être à deux endroits et même dans deux états à la fois. À Ulysses encore peut également être ajouté que d’avoir les deux sexes.

Si le film peut être considéré comme une anti-histoire, son protagoniste, Lewyn Davis, on pourrait dire que c’est un anti-héros. Aucune fonction du sublime de caractère, l’intelligence, la noblesse ou le courage pour décorer les attributs de la personne. C’est un autre joyau de ce film. Celui qui marche dans la vie avec un désir ne requiert pas d’aucune caractérologie spécifique et superlative ou incarner toute exceptionnalité, parce l’exceptionnelle est le désir lui-même. Lewyn a un désir, autrement il est un gars ordinaire. Cependant, la poursuite de ce rêve, qui ne laisse pas et qui l’accompagne et le fait voyager, aller ou retourner, parcourir les paysages, le transforme en un sujet qui se distingue de ceux qui existent tout simplement. Cela a du sens pour qu’il ne veut tout simplement d’exister, de poursuivre son rêve comme étant exempté de cette possibilité.

Mais peut-être le jeu magistrale du film est la manière dont il est construit: ressembler à une bande de Moebius. Le point où les deux extrémités sont jointes (où nous nous tournons l’un pour se connecter à l’autre) est la première scène qui est aussi le dernier, un seul marquant le début et la fin scène, ce qui suggère qu’il n’y a pas de point d’arrêt et que, en quelque sorte, le film est redémarre continuellement.

Il n’y a pas moyen de placer temporairement avec précision. Sa structure le rend indiscernable à l’intérieur et à l’extérieur, donc de la vie de Lewyn Davis peut raconter une partie de l’histoire ou de la musique folk dans les années 60 aux États-Unis. Le film démonte la fiction du progrès chronologique comme succession de faits enchaînés. Il n’y a pas de progrès, rien ne doit aller ni meilleur ni pire, mais le rêve que Lewyn poursuivi dans la vie, il est plus que juste une existence. Le titre «À propos de Lewyn Davis” montre ça. « À propos », il rompt avec le but de rendre l’artiste un être idéalisé.

Donc, il est aussi un hommage à la sublimation, alors que le protagoniste ont le style de l’artiste: il fait avec son « sinthome » la forme d’être et de parcourir le monde, transmutant la mélancolie en mélodie. D’une certaine manière, l’artiste va au-delà de sa névrose. Une scène sans dialogue, dit mieux que les mots. Dans la résidence, en face du père âgé et dément, il joue une de ses chansons. Puis, comme il est entré, quitter la salle pour demander aux infirmières de venir à laver son cul et il s’en va. Aucun reproche névrotique, aucune manifestation de fierté en soi, aucun héritage œdipienne muddies la réunion. Seule la musique.

Bien sûr, le désir des Coen est aussi appelé dans le travail: la beauté et la jouissance des images, la narration, la vie qui coule dans les bidonvilles, l’évocation du moment où le voyage était à la recherche… ils sont le résultat de leur désir de le cinéma. Peut-être pas tout à fait par hasard que soient deux, qui cette marque porte un nom qui ne soit pas incorporée dans un individu. Et il est déjà proposé par Freud et Lacan : le désir porté à sa conclusion logique, il dérange le narcissisme, l’ego se dilapide et nous invite à ravir, demander, creuser… laissant de boucher tout avec le sens.

Irene Domínguez
https://colochosblog.wordpress.com/author/irenecolocha/

Partager sur