02.11.2020

FILMS_"Knives Out" (ou le déclin de la famille patriarcale)

Rian Johnson, qui aime jouer avec les genres cinématographiques, revient nous surprendre avec son dernier film « Knives Out » (sorti en français sous le titre « À couteaux tirés »), dans le même style non conventionnel que ses films « Brick » (2005), « Looper » (2012) et « The Last Jedi » (2017).

Knives Out était l'un des films les mieux notés par la critique et le public en 2019, ce qui ne s'est pas produit avec le huitième saga de Star Wars.

Les fans galactiques n'ont en effet guère apprécié les changements proposés par Johnson : sa longueur, d’une part – il s’agit du film le plus long de toute la saga ; son humour, d’autre part, qui rompt avec le ton épique si caractéristique de George Lucas ou encore le fait que certains personnages réagissent de manière inattendue.

En osant s’attaquer au mythe, le réalisateur est parvenu à redonner vie à une saga qui commençait à devenir répétitive. Si le public n’a pas apprécié, la critique lui en a été reconnaissant. De plus, ce film est l’un des plus rentables de tous les temps.

Avec « Knives Out », Johnson remet en question l'image indestructible de la famille occidentale et réinvente l'essence du mystère, grâce à une atmosphère de roman policier dans le plus pur style d'Agatha Christie. Immergé dans le film comme dans un jeu de Cluedo, le spectateur doit alors renouer les fils secrets entre les différents personnages. L’intrigue, par ailleurs classique, est parsemée de rebondissements qui arrivent toujours au bon moment, et nous permettent de remplir les blancs qui entretiennent le mystère. Mais surtout, il s’agit d’un casse-tête qui, tout en divertissant le public, expose par la même occasion le déclin de la famille patriarcale.

Le film commence avec Harlan Thrombey, un romancier policier à succès qui invite sa famille dans son manoir pour célébrer son 85ème anniversaire. Le lendemain, la gouvernante Fran trouve Harlan mort, la gorge tranchée. La police opte pour le suicide, mais un anonyme engage le détective Benoit Blanc pour mener l’enquête.

Blanc découvre le nœud de vipères entre Harlan et sa famille.  Le jour de la fête, Harlan a menacé Richard, son gendre, de révéler à sa fille Linda qu'il avait une liaison. Il a aussi décidé de supprimer l'allocation de sa belle-fille Joni pour la punir d’avoir volé une partie de l'argent destiné à sa petite-fille. Pendant la fête, son fils Walt est renvoyé de sa maison d'édition, ce qui déclenche une dispute avec son petit-fils Ransom.

Marta Cabrera, l'infirmière de Harlan, est également interrogée par Blanc : comme elle a l’étrange talent de ne pouvoir mentir sans être prise de vomissements, elle lui donne des informations qui, bien que véridiques, sont incomplètes. Lors de la nuit fatidique, Marta administre accidentellement à Harlan une dose mortelle de morphine. Afin de lui éviter d’être accusée de meurtre, Harlan demande à Marta de créer un faux alibi avant de se trancher lui-même la gorge. Une femme extrêmement âgée, la mère de Harlan, voit Marta sortir par une fenêtre du manoir…  

Puis le rythme du film change du tout au tout lorsque la famille et Marta Cabrera sont convoquées pour entendre les dernières volontés de Harlan. C’est à Marta que revient l’héritage. La réaction de la famille ne se fait pas attendre. Ils chercheront par tous les moyens à le faire annuler. Pour finir, ce sera Blanc, un détective à l’air jusque-là plutôt désemparé, qui résoudra l'affaire en démasquant le véritable meurtrier.

Harlan décide de déshériter sa famille, de rompre avec la tradition et de tout donner à Marta, l'héroïne du film qui ne peut mentir sans vomir. La figure patriarcale incarnée par Harlan, apparait sous un jour nouveau : elle révèle la structure familiale corrompue, en donnant tout au personnage qui représente la pureté.  

Je n'en dirai pas plus pour ceux qui ne l'ont pas vu. Un bon scénario, une bonne mise en scène et de bons acteurs en plus d'une surprise divertissante, pleine d’une ironie grinçante, sur le déclin de la famille patriarcale.

Helena Valldeperes

Partager sur