13.10.2020

La pratique des psychologues à l'époque Covid

Les nouvelles circonstances imposées par Covid-19 coïncident avec les coordonnées de la guerre. Marcelo Ferraro dans l'article "Habitudes inhabitées: les sujets à l'épreuve. Les pratiques des psychologues à l'ère du Covid19", analyse la situation en Argentine, soulignant un parallèle avec la guerre: il y a un ennemi, une communauté menacée, les peurs, le facteur de surprise et toujours pas assez d'armes pour lui faire face et la vaincre.

 

Dans ce scénario, il nous renvoie à Freud de 1933 qui, interrogé par Einstein à propos de la guerre, répond que «la culture, l'opération qui nous rend humains, engendre la possibilité de passer de la violence au droit» par le fait que la plus grande force d'un individu pourrait être compensée par la réunion de plusieurs faibles.

 

La situation est complexe non seulement en raison de l'ampleur des effets, mais aussi en raison des pouvoirs impliqués dans leur résolution et des changements radicaux dans la conception du fonctionnement social. Comment les forces ont-elles été organisées dans les moments les plus critiques de la pandémie? De nouvelles hiérarchies se sont établies au sein de la puissance publique: les autorités sanitaires, pendant une longue période d'urgence, ont mis en arrière-plan la puissance hégémonique mondiale, le capitalisme, pour protéger un nouveau capital: la santé publique.

L'article de Ferraro analyse comment l'urgence de ne pas abandonner la santé publique ébranle également les connaissances établies sur la santé mentale. Si le lien social et l'autonomie étaient des indicateurs de bonne santé, maintenant, ils sont aussi relégués au second plan et l'urgence sanitaire appelle à abandonner au profit de la subsistance au sens le plus simple: la vie par opposition à la mort.

Le rôle du médecin ressemble plus à celui d'un médecin de guerre: un marathon pour éviter les morts. Le rôle du psychologue, cependant, avec moins de références sur les champs de bataille, est appelé à s'adapter. Est-il possible de réduire l'angoisse qui, en tant que gène ancrée dans le corps, n'obéit pas aux logiques classiques? Le psychologue virtuel peut-il soutenir un travail de dissolution des inconforts corporels?.

Les circonstances ont conduit à l'utilisation de technologies à distance pendant la détention, et les psychologues n'y sont pas étrangers. Après le retour à la «nouvelle normalité», les consultations ont rouvert avec des gels, des masques et des fenêtres ouvertes. Le psychologue a été appelé, comme beaucoup d'autres métiers, à repenser sa pratique et à la pérenniser face à l'inédit et à l'exceptionnel. Il faut que le psychologue convainque, prenne l'initiative pour que les consultants sachent que nous continuons à proposer l'expérience du sujet ou comment un autre-nouveau sens est récupéré avant les pertes, les obstacles, les fantômes et les peurs.

Cristina Andrés

 

Partager sur
Facebook, Twiter